« Je rencontre des personnes illettrées, mal nourries et qui vivent constamment dans la peur et l’insécurité, dit-elle. Au lieu de se décourager, elles cherchent la plupart du temps à améliorer leur qualité de vie. Cela m’encourage à aller de l’avant. »

louise_d

`

HAUTE-COMMISAIRE des Nations Unies pour les droits de l'homme, avait réclamé du Soudan l'ouverture urgente d'une enquête concernant les viols commis par l'armée du Soudan dans la province du Darfour... l'emporte !  Le ministre soudanais de la Justice, Ali Al-Mardi vient de déclaré que son pays était prêt à enquêter.

«C'est une présomption, mais même au regard de cette présomption, nous sommes prêts à enquêter sur toutes les plaintes formulées sur cette question ». Il a ajouté que le département mis en place pour combattre les violences faites aux femmes avaient à sa disposition assez de procureurs, de femmes policiers et d'employés pour assumer cette tâche. Les informations sur les viols et cet enlèvement ont été obtenues par une équipe de 30 enquêteurs de l'ONU pour les droits de l'homme qui travaillent dans la région du Darfour.

Selon des témoignages de certaines des victimes... âgées que de 13 ans et au moins deux femmes enceintes les assaillants portaient des uniformes militaires et ont été décrits par les victimes comme des soldats. Les sévices sexuels reprochés se seraient produits vers la mi-décembre dans neuf villages de la région de Jebel Marra, dans l'est du Darfour. Mme Arbour a également réclamé l'ouverture d'une enquête sur l'enlèvement, en septembre 2006, de 19 hommes par l'Armée de libération du Soudan. Seulement 3 de ces hommes ont été libérés par la suite, mais l'incertitude demeure sur ce qui est arrivé aux 16 autres. En janvier, huit corps ont été découverts, qui seraient ceux de certains des disparus. D'autres membres du groupe de disparus pourraient se trouver parmi 25 cadavres exhumés en octobre. Les hommes enlevés auraient été torturés à mort ! Selon les estimations de l'ONU, le massacre meurtrier qui oppose les milices arabes à des mouvements rebelles africains a fait plus de 200 000 morts et près de 2,5 millions de personnes déplacées...

louise_d_2

« Dans le cadre de mes fonctions, j’ai eu l’occasion d’avoir une perspective particulière de ce qui sous-tend les gestes les plus spontanés d’humanité, de générosité et de compassion, et aussi de ce qui se cache derrière les pires atteintes à la dignité humaine, a expliqué Louise Arbour. La peur est à la fois la meilleure et la pire des conseillères. Elle déclenche un sentiment d’alerte qui peut être salvateur, de même qu’elle peut produire une réponse prématurée ou irrationnelle. Face au terrorisme, la politique de la peur exige un abandon de la liberté au profit de la fausse sécurité, du secret et du profilage racial. Face à la guerre, elle provoque une escalade du militarisme, de la répression et de l’endoctrinement. Devant la pauvreté extrême, la politique de la peur mène à un effet pervers à double face: d’un côté, elle octroie un outil de survie inapproprié pour les pauvres qui conduit au radicalisme et à l’extrémisme religieux tandis que, de l’autre côté, elle offre un outil de préservation aux riches qui mène à l’exclusion, au développement d’une mentalité de fermeture et à la surconsommation. En somme, les conséquences d’une politique de la peur se traduisent en racisme et en xénophobie qui ne sont souvent en réalité que la peur de l’autre.»

« Les pays en conflit sont les plus dangereux pour les journalistes, et l'année dernière n'a pas fait exception ...», exprime Louise Arbour dans un communiqué publié le 1er mai et transmis à l'occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse. Mais les journalistes sont aussi tués, harcelés et intimidés par les autorités, des groupes armés ou le crime organisé dans des pays qui sont censés être en paix, a fait observer la Haut Commissaire.« Qu'ils soient en guerre ou non, les pays les plus dangereux pour les médias ont un point commun : ils manquent pratiquement tous à l'obligation de traduire en justice les auteurs de ces attaques et de ces meurtres », a-t-elle déploré.