CHAPEAU et MERCI M.ANDRÉ BOISCLAIR

andreboisclair

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

*.. :blackrose: ..*campus      :iconScadee:     campus *.. :blackrose: ..*

Ses dernières paroles ... :heart:

"J'ai informé ce matin la présidente du Parti Québécois, Mme Monique Richard, que je quitte la direction du Parti. Je cesse donc, de ce fait, d'être le chef de l'aile parlementaire du Parti Québécois à l'Assemblée nationale. Cette décision a été mûrement réfléchie et entre en vigueur immédiatement. Je continuerai cependant de faire partie du caucus du Parti Québécois et de représenter pour le moment les citoyens de la circonscription de Pointe-aux-Trembles. J'ai été honoré de représenter les membres du Parti Québécois et je me suis toujours senti privilégié d'avoir été choisi, dès le premier tour, par 54 % d'entre eux [...].

Je m'en voudrais de ne pas souligner l'appui indéfectible que M. Jacques Parizeau nous a manifesté. Je l'en remercie chaleureusement. J'ai une pensée particulière pour les électeurs des circonscriptions de Gouin et de Pointe-aux-Trembles qui m'ont gratifié de leur confiance à plusieurs reprises depuis 18 ans. Merci à vous tous [...]. Je tiens à indiquer jusqu'à quel point mon amour du Québec et mon attachement au Parti Québécois demeurent entiers. Je veux aussi redire l'immense respect que je porte pour les militants de ce grand Parti qui a marqué l'histoire du Québec et au sein duquel j'ai eu le privilège d'évoluer à divers titres depuis plus de 22 ans. Je tiens à remercier du fond du coeur tous ceux qui jusqu'à ce jour m'auront donné leur appui. Je pense en particulier à ces milliers de jeunes, héritiers de la Révolution tranquille. L'avenir de ce parti réside dans sa capacité de répondre une fois pour toutes à leurs espérances. [...]

Après le résultat de l'élection du 26 mars, le Parti Québécois devait prendre acte du jugement des Québécois et procéder à une réflexion profonde sur ses orientations et sur ses façons de se gouverner. Il était normal aussi que le parti évalue mon leadership dans ce nouveau contexte. J'assume d'ailleurs avec humilité ma part de responsabilité dans la défaite. Toutefois, l'intensité de la remise en question du leadership ne permet pas de procéder à l'essentielle réflexion que doit faire le Parti sur le fond des choses dans la sérénité nécessaire à un tel exercice. J'aurais bien aimé contribuer à cette réflexion comme chef du Parti. Ce n'est désormais plus possible. Quelqu'un d'autre devra y présider.

Depuis mon accession à la direction du Parti Québécois en novembre 2005, j'ai connu des moments de grands bonheurs, mais aussi des épreuves que je ne saurais nier. Ces épreuves ont été, à chaque fois, des occasions d'apprendre et de grandir. J'estime avoir donné le meilleur de moi-même dans ce poste, mais les conditions actuelles ne me permettent plus de le faire. J'ai eu 41 ans récemment. Je suis encore jeune et j'ai encore beaucoup de choses à faire et à accomplir. C'est ce à quoi je me consacrerai dans les prochaines années.

J'aimerais conclure sur une note d'espoir pour ces millions de Québécois qui rêvent de plus de liberté pour leur peuple, pour leur nation. Vingt-cinq ans après l'exclusion du Québec de la constitution canadienne, les fédéralistes s'avouent incapables de réformer la fédération et l'ADQ de Mario Dumont commence déjà à reculer sur son vague désir d'autonomie. Je suis profondément convaincu que ce peuple francophone en Amérique reprendra un jour ses droits et qu'entre la résignation tranquille et sa liberté, cette brave nation choisira la liberté. Je souhaite du courage et de la détermination aux militants, aux élus du Parti Québécois et à mon successeur et les assure de mon soutien indéfectible.

Vive le Québec !"

untitled ab

« Je crois que Louis Bernard et André Boisclair doivent fonder un nouveau parti politique. Ce parti politique proposerait un pays indépendant. Les deux leaders ont une responsabilité historique face aux jeunes qui désirent vivre un jour dans un pays indépendant. Je suis convaincu que la majorité des membres du PQ suivraient les deux hommes d'État. » - Irénée Rutema Professeur de science politique*

NON NON... Boisclair ne s'est pas suicidé, c'est le PQ qui...